Le pere Steinhardt_3 - Hozana

Le pere Steinhardt_3

Le pere Steinhardt_3

Bonjour a tous et un grand merci de devenir plus nombreux a adherer a ma communaute de priere. 

Aujourd'hui, de nouvelles reflexions du pere Steinhardt sur le pouvoir de la priere en prison et la difficulte d'entretenir la flamme de la foi, une fois sorti de prison. En image, le monastere Rohia de la region Maramures de Roumanie, ou Nicolas Steinhardt est devenu moine.


"Jilava, chambre 24, le 16 avril 1960" [toujours en prison]

" Demain est le premier jour de Paques. [...] Vers le soir, dans la cellule, sur tous est descendu la torpeur, on n'entend aucun chuchotement. [...] Sur les bancs, les detenus, tasses les uns contre les autres [...] revent tres loin en temps et espace du lieu dans lequel ils se trouvent. Tout pres de moi, V., mon parent recent, bavard par sa nature, se tait depuis longtemps. Tout d'un coup, il chuchote a mon oreille : si la lumiere electrique s'eteint cette nuit, non seulement pour quelques instants, mais vraiment pour un certain temps - sache que cela signifie que nous sortirons de prison avant le terme. Je l'eteindrai avec le pouvoir de mon etre astral. Je ne lui repond pas. Les instants coulent indifferents, le silence s'abime [...] Apres un intervalle de temps assez long, la lumiere s'eteint brusquement. En prison, l'evenement est extremement rare [la lumiere electrique sans interruption etait l'un des moyens de torture dans les camps communistes]. V., les bras croises, le corps tendu, ne tresaillit pas, ne parle pas. Mais je le sens en transe. Les tenebres s'eternisent, sur les couloirs on entend les bottes des gardiens qui courent, ainsi que leurs jurons [...] Quand l'electricite reprend, vers le temps du coucher, je regarde V. et vois son visage rond eclaire d'un triomphe calme. On ne commente rien. (op. cit., p. 351-352).

"1965, en automne" [apres la liberation de prison]

"Mardi soir, a la cathedrale Saint Joseph [cathdrale catholique de Bucarest], pendant la liturgie du St. Antoine [de Padou]. Quand je sors, je traverse la rue vers le grand immeuble de vis-a-vis [...] ou je trouve la chambre de mon ex-professeur de francais, Joseph Frollo, catholique fervent [...] Il se rejouit davantage quand je lui avoue [...] que je me suis baptise en prison (par laquelle il est passe aussi). Mais, tu vois, il me dit, la-bas c'etait facile, les difficultes commencent ici. Prie maintenant, pour que tu gardes la foi. [...] Oui. [...] Apres le choc du bapteme et la tension de la prison suit pour le neophite que je suis, le fait de ne pas oublier qu'il faut se considerer comme une machine a feed back, c'est-a-dire seul a entretenir la combustion [...] La batterie est chargee pour la vie. Mais le fonctionnement demande d'auto-surveillance, d'auto-reglage, pour qu'il puisse avoir lieu non seulement en position d'enchantement et d'enthousiasme, mais aussi a froid. Dans les instants ou on n'entend pas "la musique ininterrompue" dont parlait Charles Du Bos. La-haut, elle est continuelle. Ici, nous devons resister, meme si l'accompagnement musical ne se fait pas entendre. Que je paraphrase Valery ? Il faut tenter de croire." (op. cit., p. 339-341).

Prions le Seigneur que cessent la guerre et la destruction des ames entre les peuples et les religions !

Ayez une bonne et tranquille fin de semaine,

Alexandra

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6