Valeriu Gafencu_1 - Hozana

Valeriu Gafencu_1

Valeriu Gafencu_1

Chers tous,

Aujourd'hui, nous allons parler de Valeriu Gafencu [Valeriou Gafenco] surnomme par le pere Nicolas Steinhardt "Le Saint des prisons". Ne en Bessarabie en 1921 (maintenant la Republique de la Moldavie), il est mort dans la prison communiste de Targu-Ocna en 1952, epuise par plusieurs maladies dont la tuberculose. Il pratiquait a la perfection ce que le moines orthodoxes appellent "la priere de Jesus" ou "la priere du coeur" : "Seigneur Jesus-Christ, Fils de Dieu, aie pitie de moi, pauvre pecheur! " Les resultats de cette priere, tout comme le Rosaire chez les catholiques, sont surprennants, comme nous allons le voir du recit qui suit.

Les temoignages sur son extraordinaire personnalite et que je traduis ici pour vous, appartiennent a un autre detenu de Targu-Ocna, Octave Anastasesco :

"Malade de tuberculose au debut du mois de mai 1951 [...], je suis arrive a Targu-Ocna. Dans les trois mois et demi de detention la-bas, j'ai fait la connaissance de Valeriu Gafenco. Les autres detenus m'avaient prevenu qu'il est un saint vivant. Cette chose-la, je l'ai ressentie moi-meme et j'en suis le temoin. [...] Dans les discussions qu'on a eues, il m'a souvent parle et m'a conseille de dire la priere de Jesus. Il m'a conseille de faire cette priere en utilisant une certaine technique; la main sur le pouls, chaque battement devant etre accompagne par un mot de la priere. Je faisais des efforts a dire la priere de cette maniere, le temps ou j'etais allonge dans mon lit et n'avais pas une autre occupation. Quand nous nous rencontrions, Valeriu me posait des demandes sur mes progres. Je lui disais que j'essayais toujours, mais malgre mes efforts, je ne parvenais pas a la dire comme il faut, a savoir avec le coeur.

"- Sois attentif, m'a-t-il dit, le moment viendra dans ta vie quand sans le provoquer, le coeur chantera tout seul la priere et tu l'entendras."

Ces mots que je n'ai pas trop pris en compte a l'epoque, sont devenus plus tard une vraie prophetie.

Apres la liberation de prison, on m'a etabli du domicile force. Je n'avais pas le droit de sortir du perimetre fixe par les Services secretes communistes. Un jour, je n'ai plus tenu compte de cette interdiction et suis alle rendre visite a un ami. Rentre chez moi, j'ai trouve maman inquietee. Les Services m'avait cherche et, comme elles ne m'ont pas trouve, ont arrete papa, laissant comme message de me presenter demain chez eux. J'y suis alle. Ils m'ont pousse dans un ancien garage, transforme en une sorte de salle de seances. Une bande de 5-6 individus s'installe et commencent les questions de routine. Pendant que je leur repondais, une chose merveilleuse s'est passee. C'etait comme si j'etais envahi par une sorte de sphere lumineuse. J'ai senti un parfum celeste, quelque chose impossible a decrire par des mots. En ce temps, j'entendais mon coeur chantant la priere : "Seigneur Jesus-Christ, Fils de Dieu ..." Je me sentais tres leger, comme si les lois de la gravitation avaient ete suspendues. Les individus ne comprenaient pas ce qui se passait avec moi et continuaient a m'interroger. Ce qui est interessant, c'est que j'entendais les questions, mais je ne comprenais pas ce qui m'arrivait. Aussi, j'entendais ma voix qui leur repondait, sans savoir ce que je leur disais. Cet etat special a dure trois ou peut-etre meme quatre heures. Apres un certain temps, l'un d'entre eux a dit : "- Laissons cela!" A ce moment precis, l'etat dans lequel j'etais est disparu et les choses sont revenues au normal. Les individus sont partis. A mon enquete, un adjudant avait assiste, ayant ete charge du gardiennage. Restes seuls, pendant que nous sortions du garage, il m'a dit : "- Si en Roumanie il y avait seulement mille personnes comme toi, les Services communistes seraient reduits en poussiere !"

Quelles questions m'ont-ils mises ? Qu'est-ce que je leur ai repondu ? Je n'en sais rien. Je me suis rappelle comment le Christ disait a ses apotres de ne pas s'inquieter quand ils seraient menes devant les rois et les empereurs, car Il leur donnera la parole juste qu'on ne pourra pas combattre et aussi, je me suis rappelle que Valeriu m'avait prophetise ce moment [...]". (Octavian Anastasescu, Langa Valeriu Gafencu, Sfantul inchisorilor. Marturia unui fost socialist/Aupres de Valeriu Gafenco, le Saint des prisons. Le temoignage d'un ancien socialiste, Ed. Areopag, Bucarest, 2014, p. 14-16).

Louons le Seigneur ! Qu'Il soit notre guide dans tous les moments de notre vie !

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

2 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6