Saint Michel Garicoïts - Chapitre 3 - Hozana

Saint Michel Garicoïts - Chapitre 3

« En avant, en avant toujours, jusqu'au Ciel ! »

 

Non loin de Bétharram, dans le petit village d’Igon, s’est établie depuis peu une congrégation de religieuses. Elles se nomment Filles de la Croix. Michel Garicoïts les connaît bien car il est leur Directeur Spirituel. Justement il s’émerveille de les voir pratiquer avec tant de joie la simplicité de la pauvreté évangélique. Bientôt, il fait une rencontre déterminante : celle de Jeanne-Elisabeth Bichier des Ages, fondatrice de l’Ordre, de passage à Igon. Au contact de la Sainte qui le conseille et prie pour lui avec ferveur, il comprend que Jésus l’appelle de façon impérieuse. Dès lors, il va courir vers la sainteté.

« Je lui dois ma conversion, dira-t-il en parlant de la Sainte. Je lui suis redevable de tout ce que j’ai fait de bien. Je n’ai été que l’exécuteur de ses conseils. »

Comme de nombreux pèlerins accourent à Bétharram pour honorer la Vierge, Michel Garicoïts, toujours soucieux d’évangélisation, se convainc de fonder une congrégation qui s’occuperait d’eux, qui pratiquerait des retraites et à qui seraient confiées des missions de rechristianisation dans cette France où la Révolution a créé de vrais déserts religieux.

En 1838, sa Fondation prend forme sous le nom de Congrégation des Prêtres Auxiliaires du Sacré-Cœur de Jésus. Elle devient, trois ans plus tard, la Société des Prêtres du Sacré-Cœur de Jésus.

Il élargit aux écoles ces missions d’enseignement de la Parole de Dieu. « L’éducation intellectuelle, morale et religieuse, est l’œuvre humaine la plus haute qui se puisse faire. » dit-il. Il ouvre plusieurs établissements scolaires, aidé par d’autres prêtres qui constituent « un camp volant de missionnaires » et font revivre la foi dans ce coin du Béarn, aidé par le charisme extraordinaire du Fondateur.

77099-saint-michel-garicoits---chapitre-3

Bétharram et le calvaire

 

« En avant, en avant toujours, jusqu'au Ciel ! » ou encore « Jésus-Christ ne veut pas de soldats fainéants mais des combattants et des vainqueurs. » La foi de Michel Garicoïts est contagieuse. Elle se nourrit de sa dévotion totale à la Vierge Marie. Ne l’avait-Elle pas rassuré et réconforté tandis qu’il lui confiait ses doutes quant à son projet de Fondation ? « Je sentis alors au plus profond de mon être un mouvement extraordinaire qui me confirmait dans mon dessein et m’encourageait à l’exécuter. »

La Vierge Marie sera désormais pour  lui « la maîtresse de maison ». Elle avait conçu l’Enfant-Jésus dans sa maison de Nazareth, Elle conçoit la petite société des prêtres du Sacré-Cœur en cette maison de Bétharram qu’Elle s’était choisie quelques siècles plus tôt. Michel Garicoïts veille à ce que la Vierge y soit constamment vénérée : chapelets, chants quotidiens, fêtes et messes tous les premiers samedis du mois. Les pèlerins viennent des alentours. Ainsi une toute jeune fille se rend à Bétharram pour prier. Elle achète un humble chapelet pour quelques sous. De retour dans son village, elle prend l’habitude d’égrener les Ave, le chapelet entre les doigts. Elle s’appelle Marie-Bernarde Soubirous. On la dit « Bernadette ».

Pour sa part, Michel est affilié à l’Association du Rosaire perpétuel. Chaque jour, il se lève à trois heures du matin pour réciter ses Ave. Ainsi commence sa journée. Elle est bien occupée car son œuvre connaît rapidement un succès qui dépasse les limites du diocèse Mais, à Bétharram, le temps consacré à la prière prime tout. Et cette prière qui ne tarit jamais est si agréable au Seigneur que, lors de la messe de minuit de Noël 1830, Il se manifeste devant les fidèles assemblés. En effet, ceux-ci voient le Père Michel transfiguré au moment de l’Incarnatus Est du Credo. Ils ne s’étonneront pas quand, à plusieurs reprises, le Père sera élevé du sol après la Consécration.

 

Avec le Saint qui contemplait sans fin le mystère de l’Incarnation, prions nous aussi en méditant avec lui la réponse de la Sainte Vierge à l’Ange : « Voici la servante du Seigneur », une réponse qui le ravissait car elle était l’écho du « Me voici » du fils de Dieu.

 

Je vous salue Marie…

Prions avec Marie en cliquant sur le bouton "je prie".

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

3 commentaires

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

Françoise
 il y a 1 an
Sainte Marie, Mère de Dieu, tant de pèlerins t'ont visitée, tant de saints et de saintes t'ont honorée. Donne à notre monde de choisir ton Fils comme guide et d'y rester fidèle. Amen
Florence
place Plouray, il y a 1 an
en communion de prière amen
Marie Annick
 il y a 1 an
O Marie apprends-nous à toujours te prier à chaque instant de notre vie. Que ton chapelet ainsi que la parole de Dieu me nous quittent jamais. Amen