3è dimanche de l'Avent: "Gaudete!" - Hozana

3è dimanche de l'Avent: "Gaudete!"

3è dimanche de l'Avent: "Gaudete!"

  • Méditation.

« Dirige notre joie vers la joie d'un si grand mystère, pour que nous fêtions le salut avec un cœur vraiment nouveau ».

Oui, c'est bien vrai, au troisième dimanche d'Avent, nous sommes invités à la joie. Il suffit de relire le début des trois lectures de la messe : « Pousse des cris de joie, fille de Sion. Réjouis-toi, tressaille d'allégresse, fille de Jérusalem » demande le prophète Sophonie. Puis, c'est l'apôtre Paul aux Philippiens : « Frères, soyez toujours dans la joie du Seigneur, laissez-moi vous le redire : soyez dans la joie ». Et l'évangéliste Luc termine avec : « Par ces exhortations et bien d'autres encore, Jean annonçait au peuple la Bonne nouvelle. » Mais nous ne pouvons pas nous contenter de parler de la joie comme d'une invitation à faire la fête sans en savoir la raison. Cette joie est celle d'un avenir tout proche, une joie qui nous est offerte, mais qui appelle de notre part un renouvellement, une disponibilité au don de Dieu et en même temps, une ouverture aux autres. « Les foules demandaient à Jean si c'était lui le Messie. » Et Jean de répondre : « Je n'en suis pas digne. Lui vous baptisera dans l'Esprit et le feu. » Et nous voici aujourd'hui deux mille ans plus tard. Jésus, le Messie, est venu. Il est, lui, le Messie. L'Esprit nous a été donné. Mais nos vies d'aujourd'hui brûlent-elles de ce feu qu'ils ont allumé ? Le grenier de notre terre se remplit. Est-il du fruit du grain qui a été semé ?

Des fruits, du grain, il y en a. Et du bon. Encore faut-il le rechercher, et la voix du Christ est devenue lointaine. C'est pourquoi, chaque année, à l'arrivée de Noël, nous demandons dans la prière de ce troisième dimanche : « que nous fêtions le salut avec un cœur vraiment nouveau. » Qu'il devienne chaque jour plus vrai, le feu de tout ce qui vient vieillir le monde, ce feu qui ne s'éteint pas.

  • Un chant de l'Avent.

  • Un beau texte à partager: S. Augustin, Les Confessions.

Tu es immense, Seigneur, louable infiniment, immense est ta force, et ta sagesse, indénombrable (Ps. 145, 3 – 147, 5). Mais un homme, petite part de ta création, veut te louer. Un homme qui traine partout le fardeau de sa mortalité, fardeau qui est la preuve de son crime et la preuve que tu résistes aux puissants. Un homme, petite part de ta création, veut te louer. Et tu vas même jusqu'à exciter son plaisir à te louer. Oh ! Tu nous as faits pour toi, et notre cœur est las jusqu'à son délassement en toi... Mais comment l'appeler si personne n'a cru en lui ? Comment se mettre en recherche, comment croire, si personne n'en parle ? Louer Dieu, c'est se mettre en recherche. Le réclamer, c'est Le trouver. Et le trouver, c'est le louer.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6

loader