« Lève toi, prends ta civière et retourne dans ta maison » - Hozana

« Lève toi, prends ta civière et retourne dans ta maison »

« Lève toi, prends ta civière et retourne dans ta maison »
  • Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

    Un jour que Jésus enseignait,
    il y avait dans l’assistance des pharisiens
    et des docteurs de la Loi,
    venus de tous les villages de Galilée et de Judée,
    ainsi que de Jérusalem ;
    et la puissance du Seigneur était à l’œuvre
    pour lui faire opérer des guérisons.
    Arrivent des gens, portant sur une civière
    un homme qui était paralysé ;
    ils cherchaient à le faire entrer
    pour le placer devant Jésus.
    Mais, ne voyant pas comment faire à cause de la foule,
    ils montèrent sur le toit
    et, en écartant les tuiles,
    ils le firent descendre avec sa civière
    en plein milieu devant Jésus.
    Voyant leur foi, il dit :
    « Homme, tes péchés te sont pardonnés. »
    Les scribes et les pharisiens se mirent à raisonner :
    « Qui est-il celui-là ? Il dit des blasphèmes !
    Qui donc peut pardonner les péchés, sinon Dieu seul ? »
    Mais Jésus, saisissant leurs pensées, leur répondit :
    « Pourquoi ces pensées dans vos cœurs ?
    Qu’est-ce qui est le plus facile ?
    Dire : “Tes péchés te sont pardonnés”,
    ou dire : “Lève-toi et marche” ?
    Eh bien ! Afin que vous sachiez que le Fils de l’homme
    a autorité sur la terre pour pardonner les péchés,
    – Jésus s’adressa à celui qui était paralysé –
    je te le dis,
    lève-toi, prends ta civière
    et retourne dans ta maison. »
    À l’instant même, celui-ci se releva devant eux,
    il prit ce qui lui servait de lit
    et s’en alla dans sa maison en rendant gloire à Dieu.
    Tous furent saisis de stupeur et ils rendaient gloire à Dieu.
    Remplis de crainte, ils disaient :
    « Nous avons vu des choses extraordinaires aujourd’hui ! »

  • Méditation

Jésus ne se contente pas de dire au paralytique de se lever et de marcher. Il lui dit : « Lève toi, prends ta civière et retourne dans ta maison ». Non seulement cet homme est délivré du mal qui le clouait sur une civière, mais en plus, il a la force de porter cette dernière. Il en va de même pour la rémission de nos péchés, qui est l'oeuvre du Christ sur la terre par sa Croix. Puisque nos péchés nous sont pardonnés, nous pouvons, comme le paralytique, partir de ces péchés pour glorifier Dieu, parce que nous portons en nous l'espérance du Salut. C'est le double sens de la confessio selon Augustin : aveu des péchés et louange de Dieu. Oui, il est juste et bon de rendre toutes grâces au Seigneur dispensateur de tous dons, pour celui qu'il nous a fait en son fils.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6