« Mon âme exalte le Seigneur » - Hozana

« Mon âme exalte le Seigneur »

« Mon âme exalte le Seigneur »
  • Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

            En ce temps-là,
    Marie rendit grâce au Seigneur
        en disant :
    « Mon âme exalte le Seigneur,
                exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !    
        Il s’est penché sur son humble servante ;
    désormais tous les âges me diront bienheureuse.
        Le Puissant fit pour moi des merveilles ;
    Saint est son nom !
        Sa miséricorde s’étend d’âge en âge
    sur ceux qui le craignent.
        Déployant la force de son bras,
    il disperse les superbes.
        Il renverse les puissants de leurs trônes,
    il élève les humbles.
        Il comble de biens les affamés,
    renvoie les riches les mains vides.
        Il relève Israël son serviteur,
    il se souvient de son amour
        de la promesse faite à nos pères,
    en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais. »

        Marie resta avec Élisabeth environ trois mois,
    puis elle s’en retourna chez elle.

  • Méditation

Une action de grâces, si belle et si pure que l'Eglise la chante chaque jour à l'office des vêpres. Qu'il est bon de rendre grâces à Dieu pour ses bienfaits ! C'est si bon, que cette louange peut mobiliser tout notre esprit et exalter notre âme, en un mot, elle peut revêtir chaque instant de notre vie. Ce doit être l'objectif du chrétien, parce que louer Dieu sans cesse, comme saint Paul nous y invite, c'est la sainteté. C'est aussi le sens de la vie consacrée. Si des hommes consacrent leur vie au Seigneur, c'est pour montrer qu'Il peut la combler. La condition, c'est de dire, à la suite de Marie : « Qu'il m'advienne selon ta parole » (Lc 1, 38). Dieu se donne à nous à la mesure de notre don. Donnons-nous donc à Lui sans mesure.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

1 commentaire

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6