9 décembre - Te sens-tu porteur d'une Promesse ? - Hozana

9 décembre - Te sens-tu porteur d'une Promesse ?

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (1, 26-38)
En ce temps-là, l'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie. L'ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. » À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L'ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n'aura pas de fin. » Marie dit à l'ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je ne connais pas d'homme ? » L'ange lui répondit : « L'Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c'est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu. Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu'on l'appelait la femme stérile. Car rien n'est impossible à Dieu. » Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m'advienne selon ta parole. » Alors l'ange la quitta. "


Marie est une jeune fille simple, humble, profondément croyante, qui ne s'enorgueille pas de la visite de l'ange. Bien au contraire elle se dit la ""Servante du Seigneur". Son Oui est une parole de pleine confiance en Dieu, elle accepte de lui donner toute sa vie, sans pour autant connaître d'avance l'avenir. Elle croit simplement. 

Nous voyons bien souvent Marie, comme la «Très Sainte Vierge » comme une femme parfois un peu hors du commun, mais elle était avant tout, une jeune fille de son temps, engagée dans la vie de son temps, elle avait aussi sa liberté de réponse! Elle a choisi d'obéir à Dieu, de se livrer totalement à lui. Prenons le temps de contempler Marie dans sa simplicité, dans sa foi, dans l'offrande qu'elle fait d'elle-même. Et demandons au Seigneur la grâce de savoir, comme Marie, dire oui à son appel, dans notre vie de tous les jours.


Le mot du pape :

Le force du “oui” de Marie, une jeune, impressionne toujours. La force de ce “qu'il en soit ainsi” qu'elle dit à l'ange. Ce fut une chose différente d'une acceptation passive ou résignée. Ce fut quelque chose d'autre qu'un “oui” voulant dire : on verra bien ce qui va se passer. Marie ne connaissait pas cette expression : attendons de voir. Elle était résolue, elle a compris de quoi il s'agissait et elle a dit « oui », sans détour. Ce fut quelque chose de plus, quelque chose de différent. Ce fut le “oui” de celle qui veut s'engager et risquer, de celle qui veut tout parier, sans autre sécurité que la certitude de savoir qu'elle était porteuse d'une promesse. Et je demande à chacun de vous : vous sentez-vous porteurs d'une promesse ? Quelle promesse est-ce que je porte dans le cœur, à poursuivre ? Marie, sans aucun doute, aura eu une mission difficile, mais les difficultés n'étaient pas une raison pour dire “non”. Certes elle aura des difficultés, mais ce ne seront pas les mêmes difficultés qui apparaissent quand la lâcheté nous paralyse du fait que tout n'est pas clair ni assuré par avance. Marie n'a pas acheté une assurance sur la vie ! Marie s'est mise en jeu, et pour cela elle est forte, pour cela elle est une influencer, elle est l'influencer de Dieu ! Le “oui” et le désir de servir ont été plus forts que les doutes et les difficultés. (CV, 44)


Le Pape François nous interroge: Et je demande à chacun de vous : vous sentez-vous porteurs d'une promesse ? Quelle promesse est-ce que je porte dans le cœur, à poursuivre ? Est ce que je suis à l'écoute de l'appel de Dieu pour moi ? Si non, est ce par peur, désintérêt, ou que je n'arrive pas à prendre le temps d'écouter?


Le chant du jour :
Voici que l'ange Gabriel : https://www.youtube.com/watch?v=pKewNeCq9Ec

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6