11 décembre - une tendresse qui ne déçoit jamais - Hozana

11 décembre - une tendresse qui ne déçoit jamais

La parole de Dieu :

Evangile selon St Matthieu (11, 28-30)

En ce temps-là, Jésus prit la parole : « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. »

Nous sommes souvent éreintés par le flux de nos quotidiens, le temps qui passe charrie parfois des difficultés ou des irritations, au travail, avec certains amis, dans nos familles… Mais le fardeau que nous avons à porter est aussi fait de tous les péchés que nous faisons et refaisons, qui sont toujours devant nous.  Laissons-nous tomber dans les bras de Celui qui réconcilie toutes choses !

Le Seigneur nous propose l'inéquitable échange de nos fardeaux respectifs : le nôtre est lourd car notre chair est lourde, notre esprit est biaisé ; le Sien ne pèse rien puisqu'Il a déjà tout porté lors de son chemin de Croix, Il a déjà tout enduré, tout souffert dans sa crucifixion. Alors, courrons au repos de nos âmes, parlons-Lui car Il nous écoute et laissons agir sa tendresse de père.


Le mot du pape :

Ce que je peux te dire avec certitude, c'est que tu peux te jeter avec confiance dans les bras de ton père divin, ce Dieu qui t'a donné la vie et te la donne à tout moment. Il te soutiendra fermement et tu sentiras en même temps qu'il respecte jusqu'au bout ta liberté. N'oublie pas qu'il “pardonne 70 fois 7 fois. Il revient nous charger sur Ses épaules une fois après l'autre. Personne ne pourra nous enlever la dignité que nous confère cet amour infini et inébranlable. Il nous permet de relever la tête et de recommencer, avec une tendresse qui ne nous déçois jamais et qui peut toujours nous rendre la joie. (CV, 113)

Le meilleur moyen de se jeter dans les bras du Père, de toucher la grandeur de Son amour est de gouter sa miséricorde insatiable. Laissons-nous vraiment le Christ prendre sur ses épaules notre fardeau en allant nous confesser régulièrement ? Avant Noël, affalons-nous dans un confessionnal et osons échanger nos fardeaux !          


Le chant du jour :

Vous tous qui peinez sous le fardeau. Fr. JB de la Ste Famille : https://www.youtube.com/watch?v=KfaqHyDm5kA

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Que vos paroles soient toujours bienveillantes, qu’elles ne manquent pas de sel, vous saurez ainsi répondre à chacun comme il faut. Col 4 : 6